steelrising 20221024133656 min
J'ai enfin testé

Steelrising : Un hommage à Elden Ring pendant la révolution

Quand il s’agit de Soulslikes, il y a deux types de joueurs distincts. Certains peuvent prendre la manette sans effort, se lancer tête baissée dans la bataille et en ressortir relativement indemnes. Il y a aussi ceux qui se battent pour passer le tutoriel sans transpirer, et une session sans rage-quit est un bon jour. Je fais partie de ces derniers.

Steelrising est, sans aucun doute, un Soulslike. Il serait difficile de parler de Steelrising sans faire des comparaisons avec les jeux Souls, tant ses mécanismes de jeu sont directement inspirés de ce genre. Le système de montée en niveau ? Oui. Une conception de niveau complexe ? Oui. Des combats impitoyables qui reposent sur le timing et l’habileté ? Oui et non.

Vous incarnez Aegis, un automate qui traîne dans Paris pendant la Révolution française. Votre mission consiste rapidement à découvrir pourquoi les rues de Paris sont remplies de machines imposantes et d’une quantité de cadavres. Mais pour l’instant, oublions le conflit d’intérêts qu’engendre un robot qui cherche à savoir pourquoi les machines tuent les gens et plongeons dans le jeu.

La révolution française comme terrain de jeu

Comme Steelrising se déroule pendant la Révolution française, vous rencontrerez quelques visages célèbres en cours de route, mais ne vous attendez pas à une grande précision historique. L’histoire en elle-même n’a pas été suffisamment intéressante pour moi, et je n’ai pas été très loin dans mon jeu avant de réaliser que je n’étais pas trop investi dans ce qui se passait, malgré le nombre de lettres et de documents que j’ai collectés et qui étaient censés étoffer les choses. En plus de cela, Aegis est un peu robotique. En tant que personnage, elle est un peu sans vie et rabougrie, et cela n’a pas fait grand-chose pour me faire adhérer à elle en tant que protagoniste.

steelrising 20221009152008 min

Heureusement, ce qui manque à Steelrising sur le plan narratif est compensé par la jouabilité. L’exploration est amusante, avec de grandes sections de Paris à explorer et à découvrir. C’est l’une des forces de Steelrising, car son level design est assez solide, des rues et ruelles aux bâtiments, chaque zone est étonnamment complexe et imbriquée. Des portes peuvent être déverrouillées pour ouvrir des raccourcis vers des zones précédentes (comme c’est le cas dans le genre), mais Steelrising ajoute un système de style Metroidvania qui accorde quelques nouvelles capacités acquises en battant des boss plus tard.

La plupart des combats contre les boss principaux suivent une structure assez répétitive. Après s’être frayé un chemin à travers chaque zone, vous rencontrez bientôt une énorme machine, ou un Titan, chacun ayant ses propres attaques et capacités.

Ceci étant dit, j’ai eu l’impression de pouvoir les battre en utilisant une tactique assez similaire consistant à attaquer de loin, à utiliser mon pistolet lanceur de froid et à frapper lorsque je voyais une ouverture. Apprendre les attaques et les animations est une évidence pour tout jeu de ce genre, mais une fois que vous les maîtrisez, éliminer chaque Boss est une affaire relativement simple, qu’il s’agisse de la Sérénite blindée du Louvre ou de l’évêque de la Cité. Chacun d’entre eux a les phases habituelles qui servent à mélanger leurs attaques, mais ce n’est pas quelque chose d’unique ou quelque chose que Steelrising fait différemment des innombrables autres jeux du genre. De tous les boss et sous-bosses que j’ai rencontrés, tous se ressemblent beaucoup trop pour être mémorables et il n’y a pas de bataille ou de rencontre marquante que j’ai envie de revoir.

Les boss eux-mêmes sont un peu répétitifs et oubliables, mais les capacités acquises en les battant font toute la différence quand on revisite une zone, car les portes ouvertes ne vont pas plus loin. Traverser un mur à coups de pied avec la capacité bélier, ou s’agripper à un balcon qui était auparavant hors de portée, c’est exaltant, et cela vaut la peine d’explorer des zones familières.

Il est facile de tourner en rond ou de se perdre complètement en explorant les rues délabrées et les palais parisiens, et plus d’une fois j’ai été ravi d’avoir acheté la boussole et de l’avoir équipée à ma ceinture. En faisant cela, je pouvais rapidement faire apparaître un marqueur sur mon HUD qui indiquait la direction générale que je devais prendre. Sans cela, je suis sûr que je serais encore perdu quelque part autour du Louvre.

Le combat est la baguette et le beurre de Steelrising. Aegis est plus que pratique dans un combat et peut être personnalisé de la manière habituelle pour s’adapter à une variété de styles de jeu. Steelrising vous offre un choix de quatre classes de départ, mais vous pouvez les modifier à votre guise, à condition d’avoir suffisamment « d’Essence » en réserve.

Il y a une variété standard d’attaques légères et lourdes, et une véritable gamme d’armes à choisir. Le choix de l’arme ne se limite pas à choisir ce qui est agréable pour frapper des objets, car chaque arme possède un mouvement spécial qui peut faire la différence dans votre façon de jouer. Préférant l’attaque a distance, j’ai choisi le « Fleau de feu », arme découverte pas très loin après le début de l’aventure. J’ai pu vaincre l’intégralité des ennemis avec cette arme. Elle permet, grâce à son attaque chargée d’envoyer les ennemis au sol.

Après avoir choisi mes armes, j’ai été surpris par la rapidité avec laquelle j’ai pris en main le combat dans Steelrising. Avec quelques améliorations bien placées et un peu d’essais et d’erreurs, j’ai eu l’impression de maîtriser le combat dans Steelrising d’une manière que je n’avais pas ressentie dans d’autres jeux du genre.

steelrising 20221024140412 min

Cela ne veut pas dire que le combat est parfait. Comme dans la grande majorité des Souls-likes, le combat est toujours un compromis, une danse soigneusement préparée plutôt qu’un jeu où il faut trancher et espérer que tout ira bien. J’avais beau m’entraîner et varier ma stratégie, j’avais toujours l’impression que quelque chose n’allait pas : j’avais l’impression de recevoir des coups alors que je ne devais pas en recevoir, ou que les ennemis étaient capables de résister à une attaque bien placée qui aurait dû les éliminer.

Je sais que ce sont les plaintes habituelles pour ce genre de jeu, et que des personnes plus intelligentes que moi commenceraient à s’étendre sur les hitboxes et les frames. Le combat n’est pas aussi serré qu’il le devrait, et c’est quelque chose qui se répercute sur d’autres aspects du jeu. Qu’il s’agisse de certaines sections de plates-formes qui semblent rigides ou de quelques scènes de coupes avec des animations mal synchronisées, il y a des choses qui persistent et qui font de Steelrising un bon jeu, mais pas un grand.

En plus de cela, mon temps avec Steelrising n’a pas été entièrement exempt de bugs ; des problèmes d’écrêtage, une scène où Aegis semblait flotter, quelques animations maladroites, et quelques fois où le jeu a planté et m’a renvoyé à l’écran d’accueil ont rendu l’expérience pas très stable – heureusement, les points de contrôle dans Steelrising sont relativement indulgents, donc je n’ai pas perdu trop de progrès, mais c’est assez remarquable pour être signalé ici.

Bien qu’il s’agisse d’un jeu difficile de par sa conception, Steelrising propose un mode d’assistance que vous pouvez personnaliser à votre guise si vous le souhaitez. Que vous souhaitiez minimiser la quantité de dégâts que vous recevez au point de devenir invincible ou vous assurer que vous conservez toute votre essence durement gagnée lorsque vous mourez, l’option est là si vous le souhaitez. En termes d’accessibilité, il s’agit d’un grand pas dans la bonne direction, mais sachez que l’activation de cette option, ne serait-ce qu’une minute, désactive la grande majorité des trophées (si ce n’est tous) jusqu’à ce que vous commenciez une autre partie en difficulté Standard. Un pas en avant, un pas en arrière, je suppose.

Une ressemblance un peu forte avec Elden Ring

On ne peut finir ce test sans parler de son inspiration (si on peut encore utiliser ce mot) avec Elden Ring. On sent que les développeurs du jeu ont pris un plaisir fou dans le jeu de From Software pour y ajouter des sons et des musiques très proches. Par exemple, lorsque vous récupérer un objet au sol, le son utilisé est à 95% le même que celui dans les menus de Elden Ring.

De même que pour la musique. Si vous jouez à Steelrising en fermant les yeux (vous mourrez souvent), vous aurez cette impression de vous balader dans des zones d’Elden Ring, notamment la cité de Leyndell ou la capitale des cendres. Même si cela peut être un hommage fait au jeu, je me suis parfois dis que c’était dommage, car cela peut manquer de créativité.

Un autre membre de l’équipe State Of Gaming a également donné son avis. Je vous propose de le découvrir ci-dessous :

Résumé

Steelrising a été un bon moment pour moi. Si vous avez soif de votre prochain Souls-like après avoir épuisé Elden Ring, alors le combat vous semblera étrangement familier et vous trouverez certainement quelque chose à apprécier, mais ce n’est pas sans défauts. Dans l’ensemble, Steelrising a plus de succès que d’échecs, mais une histoire parfois confuse malgré les missions annexes et quelques combats de boss répétitifs l’empêchent d’atteindre une véritable grandeur.

La note
7.5/10
7.5/10
Envoi
User Review
0/10 (0 votes)
0/10
Comments Rating 0/10 (0 reviews)

Pour

  • Une ambiance générale réussie
  • Le choix de l’époque 
  • Des personnages historiques retrouvés
  • Des lieux iconiques bien modélisés
  • Une bande son réussi par moment
  • Des missions annexes intéressantes

Contre

  • Des boss répétitifs
  • Des crash du jeu
  • Les personnages qui ne parlent pas par moment 
  • Une histoire globale un peu confuse
  • Des documents qui n’apportent pas forcément d’informations

Leave a Reply

Envoi

8 + dix-neuf =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.