stray 20220801152124 min
J'ai enfin testé

Stray, c’était vraiment « stray » cool : Voici le test

Première exclusivité qui arrive Day One sur le nouveau PS Plus, Stray permet au joueur de prendre le contrôle d’un chat qui s’est perdu et qui est tombé dans une ville dystopique où les humains ont disparu depuis longtemps et où l’IA intelligente a été laissée derrière et piégée sous la surface.

Une aventure cyberpunk surréaliste en compagnie d’un chat, comment ne pas l’aimer ? Votre objectif est simple, vous devez retourner à l’extérieur par tous les moyens possibles, mais croyez-moi quand je dis que c’est beaucoup plus facile à dire qu’à faire.

Je vais être franc avec vous : je pensais savoir à quoi m’attendre en me lançant dans ce jeu indépendant. Un jeu de plates-formes mignon et excentrique avec beaucoup d’humour et de bêtises liées aux chats, mais qui manque de substance. Eh bien, je lève les mains et je dis que j’avais tort.

Stray est un jeu qui commence lentement et se construit progressivement pour offrir une narration captivante, un cadre incroyablement bien réalisé, un gameplay varié et un affichage visuel qui rivaliserait même avec les plus grands jeux AAA. Cependant, je parierais que, tout comme un chat, votre curiosité prend le dessus et que vous devez en savoir plus.

Premier point : l’aspect visuel

stray 20220724214029 min

Plongeons dans le vif du sujet et parlons de l’aspect visuel du jeu. Stray est visuellement l’un des jeux les plus frappants que nous ayons vus jusqu’à présent dans la neuvième génération de consoles. C’est une déclaration audacieuse, mais je la maintiens. Si l’on considère l’aspect visuel dans sa globalité, le jeu est conçu de manière méticuleuse, en ne négligeant aucun détail pour créer un cadre réaliste.

Les textures, pour la plupart, sont d’une qualité époustouflante, et cela est encore accentué par la fonction d’observation, qui permet aux joueurs de zoomer leur caméra pour mieux voir les éléments du monde.

Qu’il s’agisse de la crasse dans les rues, de la rouille sur un compagnon Androïd ou des flaques d’eau sur le sol, vous pouvez être sûr qu’ils sont incroyables.

Maintenant, si on veut un peu sévère juste un instant, on peut remarquer que certaines textures manquent de polissage dans certaines zones. Cependant, elles sont suffisamment cohérentes pour que, lorsque vous voyez une texture discordante ici et là, elle ne vous fasse pas perdre le fil de l’expérience. Ce monde dystopique créé par Blue-Twelve est captivant.

Qu’il s’agisse des rues étroites et baignées de néons des Taudis, des égouts sombres et sinistres ou du paradis surréaliste et éphémère qu’est Ant-village, l’environnement est toujours frais et nouveau, ce qui signifie que les joueurs ne peuvent s’empêcher de s’arrêter pour sentir les roses et faire une petite sieste ici et là.

Une narration pleine d’humour

C’est l’aspect de ce jeu où j’étais presque sûr d’être déçu, mais à ma grande surprise, c’est sans doute l’aspect le plus fascinant de ce jeu. La narration de la première partie du jeu est très simple et s’appuie sur des indices visuels.

Vous êtes tombé dans une ville oubliée et vous devez trouver la sortie. C’est seulement lorsque vous trouvez votre compagnon droïde B-12 que la narration du jeu s’ouvre. Cela permet au joueur de communiquer avec les habitants IA de ce monde, et dans un jeu où le dialogue aurait pu sembler très peu naturel et casser le rythme, il ajoute en fait de la valeur et aide à maintenir l’engagement du joueur.

L’introduction d’un groupe appelé les « Extérioristes », donne au joueur l’accès à des zones ouvertes remplies de PNJ et de personnages excentriques, et un objectif beaucoup plus altruiste et grandiose de libérer les robots de leur prison souterraine. Sans oublier l’intrigue secondaire sur l’origine de B-12.

L’histoire a la capacité de s’accélérer au fil du temps, alors qu’elle aurait pu s’essouffler autrement. Le rythme est superbe tout au long de la lutte de votre petit chaton pour réparer les erreurs des humains.

Des félins, des sentiments, oh, vous voyez le genre. En bref, l’histoire de Stray est une surprise qui tient ses promesses du début à la fin, sans jamais s’éterniser.

Une bande son somptueuse

Parlons maintenant de la musique de ce jeu, car c’est une autre surprise qui se marie avec des images impressionnantes pour créer une expérience immersive. La bande-son générale est atmosphérique et sait quand il faut y aller fort et quand il faut s’arrêter. Si vous êtes en train d’échapper à une horde de Zurks, la bande-son s’enfle pour créer un fond de tension et de stress pour une scène de poursuite sauvage.

D’un autre côté, si vous explorez une nouvelle zone et que vous tombez sur une zone secrète, vous serez accueilli par une charmante mélodie de piano ou une culmination de cordes qui vous signalera que vous êtes tombé sur quelque chose d’important et que vous devez l’explorer.

Mais le jeu ne s’arrête pas là puisque le joueur pourra également trouver des partitions à collectionner, qu’il pourra ensuite apporter à Morusque, qui jouera alors une sélection de mélodies à la guitare, et si vous êtes un peu comme moi, vous vous reposerez dans le lit à côté de lui et vous vous détendrez pendant qu’il vous fera la sérénade.

stray 20220724214700 min

Ajoutez à cela quelques détails subtils comme le retour haptique de la manette Dualsense qui vous permet de vous entendre ronronner, par exemple, et vous obtenez un assortiment auditif qui ajoute vraiment à l’expérience.

Un gameplay très félin

Passons maintenant au gameplay proposé par ce titre.

Au départ, c’est très satisfaisant car, dans les premières phases du jeu, vous faites beaucoup de plateformes linéaires pendant que le jeu vous enseigne ses mécanismes de base. Une fois les mécanismes pris en main, cela peut être redondant pour certains. De mon côté, j’ai apprécié cette simplicité permettant de se concentrer sur d’autres aspect du jeu comme l’histoire, l’univers ou le message passé.

Toutefois, il est à noter que la caméra peut parfois poser problème, entraînant de mauvaises entrées pour les sauts ou des situations où vous perdez de vue votre protagoniste ronronnant.

stray 20220822220010 min

En ce qui concerne les énigmes, je pense que Stray réussit à proposer des casse-têtes qui offrent un défi raisonnable sans être trop complexes ou frustrants. Grâce à l’aide fournie par B-12, aux indices environnementaux, aux explications des PNJ et à une conception intelligente des énigmes, le joueur a toujours un moyen de déchiffrer le code par un jeu naturel. Je serais assez surpris que de nombreux joueurs aient besoin de consulter un guide à un moment ou à un autre de ce jeu, et cela témoigne d’une excellente conception du jeu.

Enfin, en ce qui concerne le gameplay, il convient également de mentionner les sections de furtivité et de combat. J’ai trouvé qu’elles étaient très bien gérées. Les sections furtives m’ont rappelé Deliver Us The Moon en raison de la similitude des ennemis : les Sentinelles. Mais dans Stray, il y avait plusieurs méthodes pour réussir : sauter sur des plates-formes, se cacher dans des boîtes, et surtout, quand tout allait mal, il y avait une certaine marge d’erreur.

Ensuite, lorsque le combat a été introduit par l’utilisation du Defluxor, il a également été géré avec brio. Le joueur a reçu les outils nécessaires pour vaincre les Zurks, mais pour que les choses restent stimulantes, le développeur a créé une zone où une utilisation frivole de cette mécanique ferait éclater les sacs d’œufs de Zurks et verrait le joueur submergé par les ennemis.

L’attention portée aux détails est évidente dans tous les aspects de la jouabilité, et même si certaines parties s’assemblent de manière beaucoup plus fluide que d’autres, dans l’ensemble, tout se combine pour créer un jeu très amusant et satisfaisant.

On pourrait enfin ajouter une chose, il n’y a pas de carte dans Stray. Le studio propose un gameplay basé sur la découverte et la recherche. Il n’y a également pas de points de quêtes. C’est à vous de vous perdre dans la zone. Faites vos recherches, dans l’ordre que vous le souhaitez.

Quelques petits reproches

J’ai beaucoup d’amour pour ce jeu, cela devrait être clair maintenant. Cependant, il y a des choses qui ont empêché ce titre d’être un champion du monde.

J’ai eu l’impression que ce jeu ne récompense pas les joueurs pour leurs efforts. Je suis quelqu’un qui prend le temps d’explorer toutes les ruelles, de grimper sur toutes les plates-formes possibles et d’entrer dans toutes les pièces accessibles, et dans Stray, il y a beaucoup de zones qui ne servent à rien ou qui ressemblent à des décors.

Il en va de même pour les quêtes secondaires. Les joueurs seront récompensés par un petit badge pour leur manteau, mais quand on le compare aux jeux qui accordent aux joueurs de nouvelles compétences, capacités ou buffs, par exemple, c’est un peu décevant. On aurait pu peut-être obtenir quelques améliorations pour B-12.

Résumé

Vous l’aurez compris, Stray est pour moi, une magnifique surprise. J’ai pris un plaisir maximum à faire ce jeu dans son ensemble et d’aller chercher l’intégralité des trophées. Avec une durée de vie d’environ 6h pour les observateurs et de 3-4h pour les pressés, Stray apporte de la fraîcheur à l’univers vidéo ludique. On se rend compte que l’histoire peut être un futur plus ou moins proche si l’Homme ne se réveille pas. Foncez jouer à Stray.

Overall
9/10
9/10
Envoi
User Review
0/10 (0 votes)
0/10
Comments Rating 0/10 (0 reviews)

Pour

  • Un scénario captivant
  • Pas de carte, pas de point de quête.
  • Des graphismes saisissants dans un cadre cyberpunk captivant.
  • Des énigmes amusantes, des sections furtives et de combat.
  • Des extras sympas et des quêtes secondaires.
  • Les fonctions de double sens ajoutent des couches supplémentaires d’immersion.

Contre

  • Les mouvements, les plateformes et les angles de la caméra peuvent parfois poser problème.
  • L’exploration n’est pas aussi gratifiante qu’elle pourrait l’être.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Envoi

quatre × 1 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.